Pour la fatigue des courageux qui n’abandonnent jamais mais ne reconnaissent pas leurs limites.

Une fleur de Bach (qui n’est pas une fleur mais un bourgeon d’ailleurs) qui me tient particulièrement à cœur car je lui ai résisté pendant longtemps. Il m’a fallu être en formation sur les fleurs pour comprendre que Oak était pour moi à ce moment-là de ma vie et aurait pu m’aider depuis longtemps d’ailleurs…

Oak est la fleur pour ceux dont le sens du devoir est trop présent. Vous me direz peut-être «  mais comment un sens du devoir peut-il être déséquilibré ? C’est très bien d’avoir un sens du devoir bien présent, non ? »

En fait, le sens du devoir devient déséquilibré quand on s’obstine dans l’effort, qu’on ne s’arrête pas malgré l’épuisement, qu’on va au-delà de nos forces et jusqu’à la rupture.

Cette fleur va nous aider à reconnaitre nos limites, tenir compte aussi de notre fragilité et de nos besoins, mesurer un peu plus nos efforts. Elle va nous apprendre le lacher-prise et nous aider à nous régénérer.

Elle va nous apprendre à accepter de se faire aider, accepter de déléguer.